Un atelier pédagogique sur les juridictions d'exception

Resumé

Cet atelier présenté par Antoine Grande, chargé de valorisation du Mémorial, propose à partir de documents d'archives et de personnes internées de s'intéresser aux juridictions d'exception qui ont fonctionné à différentes époques et ont présidé à l'internement de détenus sur un autre régime que celui du droit commun à la prison Montluc. Cet atelier permet d'approcher le fonctionnement de la justice d'exception et les circonstances qui ont conduit à faire juger des communistes par des tribunaux militaires en 1938; des résistants et des opposants à la collaboration par le tribunal d'Etat puis par les cours martiales du régime de Vichy ; l'absence de toute procédure sous l'Occupation allemande ; l'épuration des collaborateurs et miliciens par les cours de justice à la Libération ; puis des indépendantistes algériens et leurs soutiens par le Tribunal permanent des forces armées pendant la Guerre d'Algérie, enfin les membres de l'OAS et les putschistes par les tribunaux militaires et la Cour militaire de justice à la fin de la Guerre. Ce sont également les tribunaux d'exception qui jugeaient les objecteurs de conscience et les insoumis jusqu'à ce qu'ils soient supprimés en 1981 et 1982.

Informations complementaires

Durée : 6'08

Date de production du document : 2013

Disciplines : sociologie, histoire, mémoire, juridictions d'exception

Noms propres : citant : Antoine Grande/responsable pédagogique mémorial Montluc
cité : Maréchal de Lattre de Tassigny/interné à Montluc, Mostefa Boudina/interné à Montluc

Couverture chronologique : 1921-1982, 2010-2013

Lieux : Lyon, prison Montluc, tribunal permanent des forces armées